Maxcoach Preloader

Blog

Le bore-out, burn-out 2.0 ?

Actualités / Réflexions

Le bore-out, burn-out 2.0 ?

Le bore-out est un terme anglophone issu du verbe « to bore », qui signifie s’ennuyer.

Dans le monde du travail « to bore out » veut dire s’ennuyer tellement qu’on en mourrait (d’ennui).

A rapprocher de son cousin sonore, le burn-out ou syndrome d’épuisement professionnel.

Mais si le bore-out est moins connu, il est malheureusement beaucoup plus fréquent puisqu’on estime qu’en Europe, qu’1 salarié sur 3 s’ennuie au travail [1].

Quels sont les signes du bore-out ?

A l’inverse du burn-out où le travailleur en fait trop ou est surmené par ses clients ou sa hiérarchie, le bore-out se manifeste chez les salariés par un manque d’intérêt total pour leur job, un ennui profond.

Le bore-out traduit un manque de stimulation intellectuelle qui ne se limite pas à regarder l’horloge tourner dans l’open space. Petit à petit des habitudes palliatives se mettent insidieusement en place : on grignote plus souvent, on prend plus de pauses, on passe son temps à faire autre chose que son travail comme regarder des vidéos de chatons sur le net…

Le problème est que cette dynamique a des effets concrets sur la santé mentale.

En effet, ne rien faire et se sentir inutile peut, paradoxalement, générer un sentiment d’anxiété qui, comme très souvent, va immédiatement affecter l’estime de soi.

Ce d’autant que ce phénomène isole. Ainsi, en plus de s’ennuyer, on ne peut pas en parler puisque, dans une société où le travail est devenu l’un des leviers de la réalisation de soi, se tourner les pouces au travail est devenu tabou.

Comment mesurer son risque de bore-out ?

Les chercheurs en psychologie de Moodwork, ont récemment développé une échelle de bore-out au travail.

Première de ce type à la fois développée en français et validée scientifiquement, elle permet d’évaluer votre niveau de risque face au bore-out grâce à 15 items qui prennent en compte les dimensions suivantes :

  • la sous-charge de travail,
  • la sous stimulation,
  • la culpabilité reliée au travail,
  • l’inadéquation de valeurs.

Elle est accessible librement et gratuitement.

Comment agir en cas de bore-out ?

Si vous êtes jeune et que vous pouvez patienter avant de passer à un autre poste dans l’entreprise, vous pouvez essayer de rester.

Mais souvent, surtout en l’absence de perspectives plus stimulantes dans l’entreprise, mieux vaut partir.

D’autant plus quand l’état de la santé mentale est en jeu.

[1] étude de l’agence de recrutement Step Stone en 2008
Alert: You are not allowed to copy content or view source !!