La psychothérapie existentielle et humaniste

La psychologie humaniste-existentielle est dénommée « troisième force » sur le continent américain, aux côtés de la psychanalyse et du comportementalisme.

Ce type de psychothérapie fait rentrer la philosophie existentielle dans sa pratique, en abordant les grandes questions qui nous agitent tous : Pourquoi sommes-nous là ? pourquoi allons-nous mourir? pourquoi allons-nous être séparés de ceux que nous aimons ?

Toutes choses que nous n’avons pas envie d’affronter et pourtant quand nous sommes accompagnés sur ces questions, en confrontant nos vulnérabilités, nous devenons plus forts.

Tandis que lorsqu’on agit comme si la mort n’existait pas, on adopte plus facilement des conduites dites à risques.  

Ces questions existentielles nous ramènent à une vérité essentielle : notre liberté. Celle d’être, d’agir, de se tromper, de se construire… bref d’être « un choix absolu de soi » (JP Sartre)

Il est donc particulièrement fondamental d’être bien accompagné dans ce cheminement. 

En cela, la psychothérapie existentielle et humaniste apporte un véritable soutien puisqu’elle s’appuie sur l’empathie et l’engagement du thérapeute, valeurs et attitudes constamment au centre de la relation. 

Le thérapeute existentiel ne se pose jamais en spécialiste ou en gestionnaire de la maladie. Il est un compagnon, sur le même plan que ses patients, qui ne sont pas perçus comme des malades mais comme des êtres humains en quête de sens. Il s’interroge régulièrement sur sa capacité à accompagner correctement et utilement ses clients. Et il ne rechigne pas à parler de sa propre expérience ou existence si cela est nécessaire dans le processus.

Dans la thérapie humaniste se trouvent aussi aussi la Psychothérapie Centrée sur le Client et l’Approche Centrée sur la Personne, fondées par Carl Rogers, psychologue nord-américain.

Toute la théorie de l’Approche centrée sur la personne repose sur une confiance fondamentale dans l’être humain, dans sa tendance inée vers un développement constructif et positif, et dans sa capacité à réaliser toutes ses possibilités intrinsèques, ce qu’on appelle la tendance actualisante : « à savoir que l’être profond est orienté positivement vers la maturation, l’autonomie et les rapports constructifs avec autrui. »

Cette foi en l’humain, en ses qualités et en sa capacité à se construire, ainsi que la présence interactive et authentique du thérapeute ont conduit Valérie Duez-Ruff à choisir la psychologie humaniste-existentielle comme outil dans l’accompagnement pour la prise de décision. 

Pour aller plus loin : La thérapie existentielle, livre de Irvin D. Yalom

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *